Pétrolia et Junex

16 octobre 2013 –  Rencontre avec les compagnies Junex et Pétrolia

Philippe Bélanger et un membre du RRSE ont rencontré la haute direction de ces  deux compagnies à Québec. Le but de ces rencontres était de promouvoir la mise en place d’une politique de consultation des communautés  dans la perspective du consentement libre, préalable et éclairé et d’encourager les deux compagnies à diffuser des informations sociales et environnementales selon les normes selon les normes du Global Research Inititative. Les deux entreprises soulignent qu’ils sont encore en phase d’exploration et qu’il reste beaucoup à faire pour arriver à une exploitation des ressources : études d’impact environnemental, BAPE, octroi des permis, etc.  Les deux entreprises font de la prospection en Gaspésie et à l’ile d’Anticosti. Junex et Pétrolia ont connu une certaine visibilité lors des enjeux soulevés sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes. La cordialité des deux rencontres permet de croire à un dialogue ouvert et constructif dans l’avenir.


21 février 2013 – Le RRSE écrit à Pétrolia

La compagnie Pétrolia a de nombreux titres relatifs à l’extraction d’hydrocarbures en Gaspésie et à Anticosti. On se souviendra que la compagnie s’est récemment retiré d’un projet situé à proximité d’un quartier résidentiel de Gaspé, suite à l’adoption par cette municipalité d’un règlement sur la protection des sources d’eau potable. Un dialogue s’amorce avec Pétrolia. Dans une lettre envoyée à la compagnie, des actionnaires membres du RRSE veulent obtenir des informations sur les questions suivantes: la publication d’un rapport de responsabilité sociale conformément aux dispositions du Global reporting initiative ; l’état d’avancement de travaux concernant l’acquisition de données de bases sur l’état des nappes phréatiques entourant les sites d’exploration de l’entreprise ; l’état de la collaboration avec la Chaire en Éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi. Le comité énergie du RRSE veut suivre de près les enjeux relatifs au développement de l’industrie pétrolifère au Québec qui est appelé à changer significativement au cours des prochaines années.

 

Talisman

26 janvier 2011 – Talisman reconnaît le principe du Consentement, libre, préalable et éclairé

Bâtirente et le Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises (RRSE) félicitent la société Talisman Energy pour l’inclusion de la notion de consentement libre, préalable et éclairé (CLPÉ) dans sa nouvelle politique encadrant les relations avec les communautés. L’adoption de cette nouvelle politique par le conseil d’administration de l’entreprise en décembre dernier fait suite à un dialogue actionnarial de plus de deux ans avec Bâtirente et le RRSE. Ces échanges ont notamment mené à la publication d’un rapport d’analyse sur les coûts et bénéfices du CLPÉ réalisé par le cabinet d’avocats Foley Hoag à la demande de Talisman.

Par sa nouvelle politique, Talisman s’engage à obtenir et à conserver l’appui des communautés locales pour ses activités. L’entreprise reconnaît aussi l’importance de la Déclaration des Nations-Unies sur les peuples autochtones, récemment signée par le Canada et les États-Unis. « En tant qu’actionnaire de Talisman, nous nous réjouissons que la compagnie ait adopté cette politique avant-gardiste qui lui permettra de devancer ses concurrents dans les défis que pose l’accès aux ressources de plus en plus rares et pour lesquelles l’acquisition des droits d’exploitation sera, dans l’avenir, plus que jamais dépendante de la capacité des acteurs corporatifs à gérer efficacement le maintien de relations harmonieuses avec les communautés touchées. » a déclaré Daniel Simard, coordonnateur général de Bâtirente. Il ajoute : « Un processus sur le consentement des communautés, est définitivement le meilleur moyen d’atteindre l’acceptabilité sociale ».

Le RRSE et Bâtirente s’attarderont désormais à la façon dont Talisman mettra en oeuvre sa politique et articulera concrètement ses engagements. La situation de l’exploitant au Pérou, où l’entreprise fait face à l’opposition de peuples autochtones, et celle du Québec, où les demandes de moratoire se multiplient à l’égard du développement des gaz de schistes, seront analysées. Dans le cadre d’une vision à long terme, le RRSE et Bâtirente souhaitent que la compagnie travaillera effectivement de bonne foi à l’obtention du CLPÉ même si cela peut exiger plus temps et d’efforts. «Nous ne croyons pas que les ajustements puissent se faire du jour au lendemain, mais il s’agit tout de même d’un engagement très significatif» affirme Soeur Esther Champagne, présidente du RRSE. Elle ajoute: «Nous devrons être vigilants et observer comment Talisman ajustera son approche afin d’obtenir le consentement des communautés au Québec, particulièrement dans le contexte actuel où le cadre réglementaire retire aux municipalités et MRC le droit de s’opposer à l’exploitation du sous-sol.»

—–

5 mai 2010 – Nouveau rapport sur le consentement des peuples autochtones

Bâtirente et le Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises (RRSE) accueillent favorablement le rapport indépendant explorant le concept de consentement libre, préalable et éclairé (CLPE) des peuples autochtones produit pour le compte de la société Talisman et publié aujourd’hui. Cliquez ici pour consulter le rapport.

Ce rapport explore les avantages et les défis que comporterait la mise en œuvre d’une politique exigeant que l’entreprise obtienne le consentement des peuples autochtones pouvant être touchés par ses activités avant que débute le développement du projet, dans l’esprit de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. La principale conclusion du rapport est qu’à long terme, les avantages pour les sociétés pétrolières de l’obtention de l’accord des communautés en fonction des principes du CLPE l’emportent probablement sur les inconvénients, malgré les défis que représente la recherche de ce consentement.

« Ce rapport confirme que les principes du CLPE peuvent, et devraient, faire partie de la politique de Talisman envers les peuples autochtones et les communautés locales », affirme François Meloche, Gestionnaire des risques extrafinanciers chez Bâtirente.

Philippe Bélanger, Analyste au RRSE, note : « Nous croyons que ce rapport constitue une pierre d’assise qui pourra alimenter les discussions entre les industries extractives et les peuples autochtones. Espérons maintenant que Talisman confirmera son leadership dans ce domaine en améliorant ses politiques et pratiques à la lumière des recommandations du rapport. »

Le rapport Implementing a Corporate Free, Prior, and Informed Consent Policy: Benefits and Challenges a été rédigé à la demande de Talisman par Foley Hoag, un cabinet d’avocats de Washington spécialisé en responsabilité sociale des entreprises. Intégrale au rapport, l’analyse indépendante des constats du rapport produite par le World Resources Institute (WRI), un organisme environnemental chargé de l’analyse critique du rapport, en souligne la grande qualité tout en soulevant certains secteurs à améliorer. Cliquez ici pour plus d’informations.

Depuis plus d’un an, Bâtirente et le RRSE, actionnaires de Talisman Energy entretiennent un dialogue avec Talisman concernant la participation des peuples autochtones. À leur demande, Talisman a mandaté une tierce partie afin de réaliser cette étude et accepté de confier l’analyse du rapport au WRI. Le dialogue portera dorénavant sur l’approche de la corporation par rapport aux recommandations du rapport.